» 10 façons de prévenir le cancer
10 façons de prévenir le cancer

10 façons de prévenir le cancer

L’humanité continue de lutter contre le cancer grâce aux progrès de la technologie et de la médecine. Et bien que l’incidence mondiale du cancer augmente, le taux de survie est également en augmentation.

Contenu de l’article

  1. Évitez de fumer
  2. Faites de la marche, du vélo.
  3. Évitez la consommation d’alcool.
  4. Maintenez un poids corporel optimal
  5. Faites attention à l’exposition au soleil et aux rayons !
  6. Mangez des légumes et des fruits saisonniers.
  7. Évitez les aliments transformés.
  8. Le barbecue n’est pas sain.
  9. Faites attention aux infections !
  10. Évitez les produits chimiques.
  11. L’ère de l’immunothérapie dans le traitement du cancer

Éviter de fumer ou de consommer de l’alcool pour prévenir le risque de cancer 

Chaque année, deux cent mille personnes sont diagnostiquées de cancer en Turquie. Il est estimé qu’une personne sur deux aura un cancer dans les deux ou trois prochaines décennies. Il est donc nécessaire d’établir des standards élevés dans la lutte contre le cancer. Évidemment, la meilleure façon de lutter contre le cancer est de prévenir le développement de la maladie. Vous pouvez prévenir le cancer en adoptant ces 10 conseils pour votre mode de vie.

1- Évitez de fumer

Le tabagisme est l’une des principales causes du cancer. Des études scientifiques montrent que 90 % des cancers du poumon sont secondaires au tabagisme chronique. D’autres cancers sont également attribuables au tabac, dont les cancers de la tête et du cou, de l’œsophage, et de la vessie. Le risque est étroitement lié à un début précoce du tabagisme, au nombre de cigarettes fumées par jour et à la durée écoulée depuis la première cigarette. De plus, l’inhalation profonde de la fumée augmente également le risque de cancer. Pour prévenir les cancers associés au tabagisme, la meilleure approche est de ne pas commencer à fumer du tout, ou d’arrêter de fumer. Le risque de cancer diminue progressivement après l’arrêt du tabac et, en 10 à 15 ans, il rejoint celui des personnes n’ayant jamais fumé.

2- Faites de la marche, du vélo.

Une activité physique régulière permet de maintenir un poids corporel optimal et un taux réduit de cholestérol, de diminuer le risque de crise cardiaque et de prévenir l’hyperglycémie. Le maintien d’un poids corporel sain permet de diminuer le risque de cancer associé à l’obésité. Des études montrent que l’activité physique diminue le risque de cancer, indépendamment du poids corporel. Par conséquent, pratiquer une heure d’exercice deux à trois jours par semaine ou une demi-heure d’exercice à la maison cinq jours par semaine est particulièrement bénéfique. Il peut aussi s’agir d’une activité que vous aimez pratiquer (natation, vélo, tennis, etc.).

3- Évitez la consommation d’alcool.

Les études montrent que la consommation d’alcool augmente en particulier le risque de cancers de la tête et du cou, de l’œsophage, du pancréas, du sein, et du foie, à travers le développement d’une cirrhose dans ce dernier. Une histoire de consommation d’alcool, ainsi que la quantité d’alcool consommée par jour, sont directement proportionnelles au risque de cancer.

4- Maintenez un poids corporel optimal

Le maintien d’un poids corporel optimal est non seulement important pour prévenir les maladies cardiovasculaires, mais aussi pour lutter contre le cancer. Le surpoids et l’obésité peuvent augmenter le risque de cancer du sein, de l’ovaire, de l’utérus, du pancréas et du côlon. Par ailleurs, un poids corporel optimal nécessite un régime alimentaire riche en fruits, légumes, et céréales ainsi qu’un niveau adéquat d’activité physique.

5- Faites attention à l’exposition au soleil et aux rayons !

L’exposition aux rayons ultraviolets augmente le risque de cancers de la peau. En particulier, l’exposition au soleil lorsque les rayons du soleil frappent la Terre à un angle vertical et l’exposition aux ultraviolets à des fins cosmétiques à long terme (c’est-à-dire le solarium) sont des situations dangereuses. Portez des vêtements à manches longues et utilisez un parapluie et un écran solaire pour vous protéger aussi longtemps que possible lorsque les rayons du soleil frappent la Terre à un angle vertical. L’exposition à des radiations peut, parfois également être due à un traitement (par radiothérapie), ou à des facteurs environnementaux (émission de radon par le sol). Dans le cas de procédures thérapeutiques, la zone du corps irradiée est à risque. Par exemple, les patients qui bénéficient d’une radiothérapie pour la thyroïde ou les seins doivent être suivis de près pour surveiller le développement d’un processus cancéreux au niveau des zones irradiées.

6- Mangez des légumes et des fruits saisonniers

De plus en plus de suppléments hormonaux et de produits chimiques sont utilisés dans la production de fruits et légumes non saisonniers. De plus, les fruits et légumes saisonniers ont des valeurs nutritives plus élevées, qui sont bien reconnues. Par exemple, la quantité de lycopène est plus importante dans une tomate produite en saison. Il est donc fortement conseillé de consommer des légumes et des fruits de saison.

7- Éviter les aliments transformés

Il est important de consommer des aliments frais autant que possible. Les aliments sont traités de certaines manières pour prolonger leur durée de conservation. Les pesticides utilisés sur les légumes, les fruits et les produits carnés pour lutter contre les insectes et les champignons peuvent augmenter le risque de cancer. Le polychlorobiphényle présent dans les produits de poisson transformés, et le benzoate de sodium utilisé dans d’autres produits alimentaires peuvent également augmenter le risque de cancer. D’ailleurs, les consommateurs sont souvent avertis que les produits de viande transformée (saucisses, salami, saucisse de Bologne, charcuterie) peuvent être néfastes.

8- Le barbecue n’est pas sain

Une alimentation riche en viande est un facteur de risque important non seulement pour le développement des maladies cardiovasculaires, mais aussi pour le cancer. Il est recommandé de limiter la consommation de viande rouge à 3 ou 4 portions par semaine. D’autre part, la grillade n’est pas un mode de cuisson approprié pour la viande. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques qui sont produits lors de la cuisson des viandes au barbecue augmentent le risque de cancer. Et si vous préférez quand même cuisiner au barbecue, il est préférable de ne pas brûler la viande.

9- Faites attention aux infections !

Les études montrent que plusieurs infections peuvent prédisposer au cancer et engendrer le développement de certains. Les hépatites B et C peuvent évoluer vers un cancer du foie. Helicobacter pylori, une bactérie, peut provoquer un cancer de l’estomac. Cette infection bactérienne peut être traitée par des agents antibiotiques. Le virus du papillome humain (HPV) est un facteur de risque de cancer du col de l’utérus, de cancers du canal anal et de cancers de la tête et du cou. La mise au point d’un vaccin contre ce virus offre une protection importante. En outre, certains virus (comme l’Herpès) peuvent induire des cancers de la peau. Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) augmente le risque de leucémie et de lymphome en provoquant le SIDA. Pour ces raisons, il est important de savoir que les infections pouvant conduire à des cancers sont souvent évitables ou traitables.

10-Evitez les produits chimiques

L’exposition aux produits chimiques augmente proportionnellement avec l’industrialisation. L’amiante, qui était autrefois retrouvé dans la terre blanche utilisée pour la construction des maisons en Anatolie, est actuellement utilisé dans l’industrie et les bâtiments pour l’isolation acoustique et thermique dans les villes ; l’exposition à cette substance augmente le risque de cancer. Les substances (notamment les dioxines) produites par le charbon, le bois et le pétrole sont aussi associées au cancer. Le risque de cancer est plus élevé chez les personnes fréquemment exposées aux gaz d’échappement (par exemple, celles qui vivent à proximité de routes très fréquentées). Les métaux lourds (mercure, plomb et arsenic), les papiers de cuisson en aluminium et les phtalates présents dans certains jouets peuvent également avoir des effets cancérigènes.

L’ère de l’immunothérapie dans le traitement du cancer

Le développement de l’immunothérapie est l’un des progrès récents les plus importants dans le traitement du cancer. Un dysfonctionnement du système immunitaire est un facteur majeur dans le développement du cancer. L’immunothérapie permet de stimuler le système immunitaire, qui est neutralisé par les cellules cancéreuses, afin que celui-ci s’active et combatte le cancer, ce qui confère un pouvoir anticancéreux à long terme. De plus, l’immunothérapie offre l’avantage de présenter moins d’effets secondaires que la chimiothérapie conventionnelle, et est généralement mieux tolérée par les patients. Les résultats des études montrent qu’un système immunitaire stimulé peut être efficace contre la majorité des cancers. L’immunothérapie fait déjà partie du protocole de traitement de certains cancers (cancer du poumon, mélanome, tumeurs de la vessie, cancer du rein), et les études sur d’autres types de cancer sont en cours.

*Les informations contenues dans notre site web n’ont pas pour but de fournir des conseils pour le diagnostic et le traitement. N’effectuez aucune démarche diagnostique et thérapeutique avant de consulter votre médecin. Les articles contiennent des informations sur les services de soins thérapeutiques du groupe Acıbadem Healthcare.

LE TRAITEMENT

LA TECHNOLOGIE

ACIBADEM

×
Recherche